Le Voyage du Cyclope Saison 2
Le Voyage du Cyclope Saison 2
Menu
De la Grèce à l'Italie, d'Ipsala à Ventimiglia

De la Grèce à l'Italie, d'Ipsala à Ventimiglia

 

 1q Savona

 

 

 

 

 

Passage du détroit des Dardanelles : l'Asie, c'est fini!

Et l'école aussi. Passage assuré en classe supérieure pour les trois enfants : Léandro en 2de, Hersilia en CE2 et Simon en CP.

 

 

30 000 km parcourus. Pas un accroc. Aucune panne majeure. Juste deux crevaisons. Notre Mercedes est aussi solide que l'unique paire de chaussure que nous avons porté pendant toute une année, de marque allemande aussi...

 

 

Pour les membres de l'équipage: pas un seul petit bobo.

 

 

5 Juillet: nous quittons la Turquie. Sur notre route, tant à l'aller qu'au retour, ce pays aura été une étape formidable, un sas de décompression. L'élixir de l'Orient y aura peu à peu dissout nos modes de pensées. Nos réflexes s'y seront peu à peu dénoués laissant place à d'autres choses que le temps nous permettra de nommer.

 

 

Nicolas Bouvier nous avait prévenu, partir promet une nouvelle naissance. Nos yeux tout neufs se sont décillés. Nous nous sommes familiarisés à une générosité sincère. Notre angélisme n'aura pas été mis à l'épreuve. Et nous rentrons avec la même envie de découvrir encore.

 

 

A Ipsala, nous passons sans plus de formalité la frontière grecque et longeons la côte égéenne d'Alexandropolis à Thessalonique: un plongeon dans le bleu. Puis, nous glissons dans les terres rejoindre la côte ionienne. Les montagnes vertigineuses qui séparent ces deux mers sont transpercées par une autoroute rutilante. Les oliviers frémissent, les cigales stridulent.

 

 

9 Juillet: Igoumenitsa. Nous embarquons à bord de l'Olympos pour Bari que nous rejoindrons en une nuit. Le Cyclope dort sur le pont du bateau, voguant sous les étoiles, tranchant la mer pétillante comme un bain de champagne.

 

 

10 Juillet: Bari. L'Italie subira le même sort que la Grèce, drastique. Ne pas succomber au désir fou de s'arrêter. Rentrer. Réussirons-nous à enfiler nos costumes d'hier, nos coutumes d'avant? Que les contorsions soient joyeuses!

 

Puglie. Traversée éclair.

 

Campania : nous retrouvons Léandro, Giovanni, Emile et éclaboussons ensemble le soleil jusqu'à ce qu'il parte se coucher. Arrivederci a tutti!

Nous saluons la noblesse des temples de Paestum. La tienne aussi, zio Mariano.

 

Lazio : une pause à Orte la mystérieuse.

 

Umbria. Surtout ne pas sortir de l'autoroute.

 

Toscana. Piero della Francesca et Pétrarque nous ordonnent une halte à Arezzo.

 

Liguria. Depuis les remparts de la forteresse de Savona, nous saluons cette Italie que nous aimons tant. Narquois, nous enfilons nos habits de pirates et fiers d'avoir brigandé ces 365 jours de liberté, nous lorgnons les 50000 passagers qui embarquent sur un énorme paquebot pour une croisière en Méditerranée. Nous savourons notre chance. Le Cyclope a fière allure.

 

 

En Italie, nous venons de passer un nouveau cap, abandonnant notre médiocre anglais, le tout jeune Cyclope s'égaie maintenant en paroles.

 

 

 

 

Lundi 16 juillet 23h10 : nous dépassons Ventimiglia pour entrer en France.

 

 

 

 

Et la surprise alors?

 

Nous avons décidé de prolonger l'aventure pour partager ces impressions vagabondes et

nous serons extrêmement heureux de vous retrouver au vernissage de notre exposition

 

 

                                             Le voyage du Cyclope 

                                              Hôtel Montulé Dreux 

                                          Samedi 15 septembre 2012   

 

LE VOYAGE DU CYCLOPE

 

 

 

 

 

Nous attendons vos emails pour l'envoi du carton

 

 

 

Nous ne sommes pas arrivés à la case départ, il nous reste encore une semaine pour traverser la France et, chemin faisant, embrasser les êtres chers. Voici venu le temps des retrouvailles!

 

 

 

 

Album photo n° 0-29